A whole beautiful world out there

This is one of the many interesting comments I have read on montrealgazette.com :

Porridge44

2:44 PM on February 9, 2011

« The Quebec government has stopped the French population from learning English by denying them access to any public English education (not so for those that can afford private). Then they made sure to create a bloated civil service where tons of unilingual French people can find a job – no English required, no English hired. We pay them with our taxes and voilà, no need for English.

Only problem is that they are beginning to wake up and are realizing that there is a whole beautiful world out there and they are missing out on it. This 101 will backfire sooner or later. »

We are seen as closed on ourselves. Interesting. This is a good example of the simplistic and mistaken anglos’ view on quebecers. This view of us closed to the beautifull outside world has something funny to it. And I understand that this beautiful real outside world is the english world.

The question is interesting. I think we are open, let’s say connected, to our own world, to the english north american world, and to another world, the francophone world. And I think that total globalization is an illusion. To explore these questions, I will look at the immediate world surrounding me.

Québec has a modern exporting economy. We export 51% of our GDP. Our first trade partners are the USA. There must be someone here somehow connected to the outside world.

Perhaps the cultural univers could best illustrate my thoughts.

Connected to our own world

As a father of three, I sing to my daughters. Our songs. Many of these songs, Evangeline or Le Plus Beau Voyage for instance, tell about our country and about us.

Anglos quebecers sing to their children too, I wonder how many of those english songs simply name this land, Québec, Saint-Laurent, Anticosti, Ungava, Montreal, Manicouagan? Not songs that glorify Québec, not songs that tell about the Québec people, simply songs that refer to the territory where they live.

My daughters also hear Lady Gaga. But they are still too young to understand the lyrics. And when I hear « Rah rah ah-ah-ah! /Ro mah ro-mah-mah/Gaga Ooh-la-la!/Want your bad romance » I can’t help thinking that they don’t miss much. (But this is another discussion…)

I remember that my brother in law, anglo montrealer, once told me about the firt time he heard Leonard Cohen’s songs. He told me the feeling of realising that these songs where songs from his country, songs from his home town, songs from one of his own. It was an odd though to me since I have always heard songs from my homeland and from my people.

My daughters are connected to their own world, which I believe is a good start in life.

Connected to north american english world

We are also connected to north american english world.

Is there an american movie that we have not seen? Arnold, The Godfather, De Niro, Brad and Angelina, Spielberg, Apocalyspe Now, Forrest Gump, you name it. I have seen some of them in english, most of them in french. Speaking english is not even necessary to be connected to that north american culture since most of it is translated in most major international languages.

We also see british movies, Trainspoting was a big hit here, The Full Mounty too.

Not only spectators, we are active participants. You might have heard about Le Cirque du Soleil in Vegas (and about Céline Dion). Two of our movies have been nominated to the Oscars, Le Déclin de L’Empire Americain and Incendie. Denys Arcand’s Les Invasions Barbares even won an Oscar. If an english canadian movie ever wins an Oscar, we will see that movie just like anyone.

And besides the cultural univers, may I remind you that in the 1988 election, when Mulroney campained in favor of the free trade agreement, québecers strongly supported him (63 seats in Québec)? Québecers were more in favor of free trade than Ontarians (who feared among other things for the Autopact). In my view, favoring free trade is in some way being open to the outside world and it is in some way being self assured of our ability to compete…

I will not name the list of all american movies, TV shows or books that we know, the list would be endless, and you get the point, we are just as connected as you are to the north american world that surrounds us.

Connected to another world

We are also connected to another world : the french speaking world.    French is spoken on all continents by roughly 200 millions persons. It is a language associated with elitism, culture and higher education.

Let’s look at cinema again. We see a lot of french movies. To us, Gérard Depardieu is un monstre sacré, but he is more or less unknown in America. To me, Audrey Tautou is as sexy as a woman can be. You might have seen her in The Da Vinci Code or on a Chanel no5 poster. I have seen her in movies such as Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, in Coco Avant Chanel, in L’Auberge Espagnol, etc.

Many french actors, writers or musicians are part of our cultural univers. We know Depardieu’s work just as much as you know Jack Nicholson’s.

There is more than France. There is Belgium. We all know Jacques Brel.  Tintin, the comic book character who never had a great popularity in America, is a cultural icon in Québec.

And Tintin is not alone, Astérix and Obélix, Gaston Lagaffe, Achille Talon, the smurfs, Spirou and Fantasio are well known characters in Québec. You will find these comic books in any mainstream library, and on nearly every Québec family bookshelves . They are another link to France and Belgium.

There another part of the francophonie that is as huge as it is most often forgotten : west africa. We share with them the french language.

So when my sister in law teached in Africa for a year, she went to Senegal. Why Sengal and not Kenya? Because senegaleses speak french.  If we spoke english, swedish or mohawk, there would be no interest from senegaleses to have teachers from Québec. The french language is a link. And why do they appreciate quebecers? Because we have no colonist past.

I look in my CD collection, there is Amadou et Maryam from Mali, Daby Touré from Mauritania, Salif Keita from Mali. Because my sister in law speaks french, she went to west africa, because she went to west africa she brought back west african music. So now, we often listen to west african music. The french language is a link to another world.

A few months ago, an african singer, Tiken Jah Fakoly, was interviewed at Tout le Monde en Parle (sunday night tv show, large audience, mainstream). In french, he told about his views on the situation of Africa and on its future. Interesting interview. I remember that I then though that, without the french language link, he would not have come to Québec and that it was interesting to hear his thoughts without the filter of translation.

There has even been interesting cases of crossing of québécoise and african music. The Diouf brothers from senegal joined Les Colocs. Now, in our music, there are french-wolof song, for instance Paysage. Let alone its musical qualities, this song is very interesting, its as québécois as a song can be, a part of the lyric is in wolof and most of the french lyrics were written by Charles Beaudelaire (french poet 1821-1867). This song blends Québec, France, Senegal. Wow. So many links. From Les Colocs and the Diouf brothers, there is also Tassez-Vous de D’là, a song half french half wolof. You will say that I am an elitist music connaisseur, well, Tassez Vous de D’là was elected song of the year in 1997. That qualifies as music that everyone knows.

There is another example that I find interesting : the hit song Alors On Danse. The case is interesting because I have some quantified figures about it. You will notice that the video on YouTube has been viewed more than 25 millions times, wich qualifies as a large audience. Stromae (Alors On Danse), born in 1985,  Rwandese father, Belgian mother, lives in Belgian.

The song was a hit in Québec in 2009. It has also been number 1 on billboards in Belgium, Switzerland, France, Greece, Germany, Austria, Netherland, Danemark, Tchecoslovaquia, Italia, Luxembourg, Russia, Bulgaria, Poland, Rumania, Turkish and Slovenia. It was number 1 in Europe, and number 6 for the whole world. It made top 5 in Québec (I could not find the exact position.)

Interestingly, it only reached 27th in united Kingdom and 49th in United States. So, musicaly speaking in this instance, there is another world that you, in your american media bubble, ignore. Québec seems more aware of it,  more connected.

When I was in high school, student exchanges were organized. I went to Ontario for a week and to Manitoba for a week. Nice experience.

I now look at the generation of my daughters and of my cousin’s children. One was involved in a student exchange in France, another spent Easter in New York with her school (grade 5). One studied for a year in Hungaria. One is coming back from a few days in Boston. It seems that there is no more student exchanges with english Canada. I just met a teenager leaving for a year of study in Spain.

Wich reminds me a quote from a recent André Pratte’s column : « They (Quebecers) travel all over the world to study, work and visit but have never found a reason to go to Toronto or Vancouver, let alone St. John’s or Regina. »

I live near Québec university Laval. One cannot not notice that there is in this part of town a lot of black people. What are they doing here? Most of them are west africans coming here to study. They come here to study in french. Let’s say Québec was unilingualy english. Would so many froreign students come to study here? Would they want to study in english, would they not go to Toronto, London, New York, I don’t know? We would not be first in the « market » of english education, the « market » of french education is some sort of niche market for us.

Ms Poddridge44, there is indeed a whole beautiful world out there. If you hold my hand and follow me, and can show you a part of it…

***

So, we are connected to our land, to North America and to vast network of french speaking countries and cultures, but I can’t name one norvegian writer, not one chinese singer, I know almost nothing of german cinema. As I said in the beginning, total globalization is an illusion. The real outside world is far more vast than you imagine.

***

Ironicaly, Ms Poddridge wishes that we open to the outside world, but the more we open to it, to more driven to independance we are. Because of globalization, important economic decisions are taken at the WTO, important discussions take place at UNESCO, at UN and so on. More and more of us think that we should speak in our own name in these international forums.

« La souveraineté telle que nous la concevons est le contraire du repli sur soi » (Jacques Parizeau)

23 réflexions au sujet de « A whole beautiful world out there »

  1. Thomas James

    Tout ça, c’est bien beau, sauf que :

    1. « And why do they appreciate quebecers? Because we have no colonist past. »

    Les Québécois ne sont-ils pas les descendants de colons français ?

    2. Le lien culturel avec la France et l’Europe est de moins en moins présent.

    a) Par exemple, il y a de moins en moins d’émissions européennes à TV5 Québec, remplacées par des émissions québécoises. Je me souviens, il y a quelques années déjà, au Manitoba, on piratait le signal TV5MONDE des États-Unis pour avoir accès à nos émissions européennes car TV5 Québec (qui est le seul TV5 accessible au Canada) ne nous permettait plus de les regarder.

    b) Il y a de moins en moins de films français projetés au Québec, ce qui semble déranger les gens beaucoup moins que lorsqu’un film hollywoodien est doublé en français de France (horreur !) plutôt qu’en québécois. Vive le sens des priorités !

    c) Dernier exemple : j’ai exercé le métier de libraire au Québec entre 2006 et 2011, et de plus en plus de gens me demandait des conseils de lecture, mais attention, « pas trop français ».

    Sinon, globalement, je suis d’accord avec vous. Le français est une richesse et donne une ouverture sur le monde. En tant qu’Anglo-manitobain, je suis ravi de l’avoir appris à l’école. Cependant, je crains que de moins en moins de Québécois francophones perçoivent leur langue de cette façon.

    Répondre
    1. Michel Patrice Auteur de l’article

      Je crois que vous avez bien compris que l’essentiel de mon propos est que, contrairement à ce disait le commentaire que j’ai cité, le Québec n’est pas une société fermée sur elle-même dont les citoyens, cruellement empêchés d’apprendre l’anglais par un gouvernement despotique, ne connaissent rien du monde extérieur.

      En effet, vous avez raison, nous descendons des colons français et en ce sens, nous avons un passé colonial. Permettez-moi quelques nuances. La colonie française n’était pas une colonie de peuplement mais davantage une entreprise commerciale, les français se sont installés parmi les amérindiens de façon à être plus prêts de ceux qui étaient à la fois leurs clients et leurs fournisseurs.

      Champlain s’est d’ailleurs joint aux Hurons et aux Algonquins dans leur guerre contre les Iroquois. Plutôt qu’une relation strictement colonisateur-colonisé, il y a avait une alliance entre français et certaines nations amérindiennes. Et après la Conquête, c’est le chef Obwandiyag qui a ultimement tenté de repousser les britanniques pour ramener ses alliés français. Si il n’avait pas considéré les français comme des alliés ou, du moins, comme un parti plus accommodant, il n’aurait pas risqué une inutile bataille. Obwandiyag est aujourd’hui connu sous le nom de Pontiac.

      Voilà pour quelques nuances de l’histoire. Et ça, c’était avant la Conquête. Si il y a une certaine affinité entre nous et les Africains, mis à part la langue française, c’est que nous sommes, nous aussi, un peuple qui a été colonisé.

      Quant à TV5, et oui, il y a maintenant de moins en moins d’émissions européennes sur leurs ondes. Compte tenu du fait qu’auparavant c’était 100% européens et compte tenu que les québécois et les africains produisent de plus en plus de contenu télévisuel, est-ce qu’il aurait été même possible d’avoir plus de contenu européen? Il y en aura nécessairement moins. Et si, comme on le prévoit, le nombre de francophones en Afrique double dans les prochaines décennies, il y en aura encore de moins en moins.

      Et quant aux quelques québécois qui vous demandaient des livres « pas trop français », disons que notre relation avec la France et les français est complexe. Fraternelle, mais complexe.

      Ceci étant dit, merci pour votre commentaire, j’ai eu du plaisir à vous lire.

      Répondre
    2. Michel Patrice Auteur de l’article

      About natives and french relations, I forgot one obvious link. I told about french wolof songs in Québec music. I forgot about a song that is both french and algonquin. It is a song from Loco Locass (Québec rap trio) and Samian (half quebecer half algonquin rap singer), the song is Paix Des Braves.

      Interesting lyrics.

      Répondre
    1. Michel Patrice Auteur de l’article

      Thank you for taking time to comment.

      Indeed, many non arguments, it is more what I would call, in french, « un essai libre et personnel ».

      Using the word « we » is sometimes complex in Québec. Do you have any other word or expression to suggest?

      If you have a few minutes to spare, read the discussion between Dirk and I (in the What would we do without equalization payments comments) , I would to know your point of view. As I understand, you are from Germany and came here around 2000-2005. I find it interesting.

      Michel

      Répondre
      1. Coco

        >Using the word « we » is sometimes complex in Québec.
        >Do you have any other word or expression to suggest?

        How about the first person singular? The futile urge to speak for an entire people, and the false belief that one can do so accurately, is one of the many negative legacies of being colonised, which I wish the Québécois would abandon.

        Répondre
        1. Michel Patrice Auteur de l’article

          Remember that I was responding to a comment from a Gazette forum (comment quoted in the beginning of my post). Indeed, I cannot speak 100% accurately for the entire Québec people, but I believe that I can better express the reality of quebecers than Ms Porridge44. But then again, I am open to discussion, do you think that we are, as Ms Porridge44 wrote, a people closed on ourselves just awaking to the whole beautifull world outside.

          If someone commented on the reality of, let’s say, inuits, I would find interesting to have to point of an inuit. I provided in this discussion the point of view of the inuit. My point of view is personnal, biaised and subjective, it is nevertheless relevant.

          Your comment about the legacy of being colonised is interesting. I don’t see being colonised as a disease or a curse, but as a fact, we have been colonised.

          Thank you for taking time to comment.

          Michel

      2. ant6nd

        The whole equalization payment debate is just a giant red herring for important issues. Overall it just nudges provinces more towards each other, which is a good thing; but the contributions are much smaller than by regular taxes. This argument that Albertans pay for Quebec’s bloated bureaucracy is just hyperbole. There’s a similar argument going on in Germany, because of the heavily indebted city/province Berlin – and it’s just a way to antagonize people against each other.

        Répondre
        1. Michel Patrice Auteur de l’article

          I am not sure of what you mean by « nudge ». Do you mean « bringing them closer together » and mean something that brings closer ties and more collaboration (by sharing the wealth) or do you mean something like « pushing against each other » and force competition?

          You refer to Germany. Arn’t you the one who a while ago commented that you wish I would stop saying « we » as if I spoke for all Québec? I am glad to see that you stopped by. I am glad to read your thoughts, it is interesting to know the opinion of someone from a different cultural background.

          You are right, indeed, the debate on equalization takes too much time and energy comapred to the real importance of equalizatio in the whole economy. But it tells a lot about the way everyone sees each other. Québec is often blamed for looking at its own interest first and not being a good team player. But if, let’s say albertans or ontarians, would see themselves as canadians only, they would only look at the broad picture, they would see canadians from everywhere producing wealth and sharing it among all canadians, regardless of provinces.

          But the fact that albertans, for instance, look at what they produce and what they get out of the deal, indicates that they see themselves as albertans, maybe albertans first, or both albertans and canadians, whatever, but it is a sign of something I would call a national conscience. Interestly, author Jean René Marcel Sauvé argues that Canada is a continent with many potentially rising states or nations. Alberta might be one of those rising nations.

          Thank you again for your comment.

          Michel

  2. Dude Where's My Vote?

    Je répete que tout le monde connais Dépardieu et Tautou… ça m’étonne qu’on pense qu’en l’Amérique du Nord, seulement les gens au Québec connais ces vedettes. A New York, a Toronto, a Vancouver, a San Francisco, il y a beaucoup des amateurs de ces deux comédiens. Mon dieu.

    T’as remarqué, je voit, dans un autre message a quelqu’un qui s’appelle « Porridge », que « J’aime les anglophones, ils sont gentils assez… jusqu’au sujet de la souveraineté » en réponse de l’original « J’aime les francophones, ils sont cool assez… jusqu’au sujet de la langue ».

    C’est étonnant a moi que les gens comme Porridge et toi peuvent penser que c’est correcte a classifier les autre gens en cette façon.

    Franchement, je suis fatigué des canadiens – les vancouverais, les québécois, etc etc etc, n’importe qui. Les sujets qu’ils aiment a se chamailler sont toujours, toujours, toujours les memes chose, et pire, ces sujets ne compte rien.

    Les québécois pensent toujours, « Ah! Mais nous sommes si différentes! », a l’instar de ton article. « Ah! Nous avons Pierre Lapointe, nous sommes vraiment, vraiment différente! » Mais c’est pas vrais — c’est superficiel. Les canadiens sont tous les américains. On parle français? Ben, beaucoup des américains parle espagnol. Est l’Ontario, la Colombie-Britannique, le Québec si différent que le New York ou l’Oregon? Non. Est l’Alberta vraiment différent que le Texas? Pas du tout.

    Un montréalais et un paysan des régions, ont-ils plus en commun qu’un vancouverais et un paysan des régions? Je suis né sur une ferme et j’ai habité en trois grand centre-villes, et je peux dire: « Non ».

    Un québécois athée qui aime lire Jules Verne et adore les animaux a plus en commun avec un ontarien (ou new yorkien ou vermontien (?) voire un texan) athée qui aime HG Wells et les animaux, qu’avec un québécois muselman ou catholique qui aime les reality tv émissions et qui déteste les animaux.

    J’ai entendu assez (j’avais entendu assez il y a dix ans) comments « nous sommes si différentes ». Je ne voit aucun différence. J’ai lu des livres en francais et en anglais, j’ai habité en trois provinces, dans l’ouest et l’est… je ne voit cette fameuse différence. Ou est elle? Quand je regarde Mon Oncle Antoine, je voit ma propre famille, qui ne parle français, en CRAZY je vois la famille de mon ami, qui n’habite pas au Québec. Quand je lis Une Saison Dans La Vie D’Emmanuel, je voit mes propres ancêtres. Il peut t’étonner, mais quand je lis l’écrivain Anne Tyler, femme, « américain » (comme nous tous), baby boomer, je voit les gens que je connais, parce que a la fin, il n’y a pas une telle grande différence. Quand je lis le livre Trois Cygnets par Jung Chang, je reconnais les gens et les sentiments meme si je ne parle ni lis pas la chinois, voire visité la Chine.

    Tu pense, toi, que t’es « québécois ». Peut-être (je ne le sais) il te dérange quand les gens insiste que t’es « canadien ». Moi, il me dérange un peu quand les gens insiste que je suis « canadien ». Je ne le suis pas, et je ne suis pas « fier » d’être « canadien ». Je suis un être humaine, et selon les lois et les regles du monde actuel, il me faut un passeport, tamponné « canadien ». Ça veut dire quoi??? Que j’aime les castors et le sirop d’érable? (Okay, j’avoue, je les aime bien, mais pas plus ni moins que les aigles, les renards, les chats, les légumes, la sushi, etc). J’allais, pour cette discussion seulement, m’accorder a écrire, avant, « j’ai lu des livres canadiens en français et en anglais », mais c’est faux a penser comme ça… un livre et un livre est un livre, d’ou le livre vien est non pertinent. J’aime Anna Karenina (russe) et Le Comte de Monte-Cristo (français) et Le Vieux Qui Aimait Les Romans d’Amour (espagnol) et Roots (anglais). Le vrai art ne connait ni reconnait jamais les frontieres.

    D’ailleurs tous les canadiens sont idiot a propos de l’art. On pense que c’est de l’art parce que c’est « canadien ». Ah, ce film est de nous et pas horrible, donc Il Est Important, Ce Film! J’ai entendu ça souvent assez, pour les livres, les disques, n’importe quoi. Le nationalisme est et sera toujours l’ennemi mortel de l’art.

    « Nous sommes un peuple colonisé »… ça me dégoute par le bouche. T’es né au vingtieme siecle, donc tu n’es pas « colonisé ». Tu sais qui est colonisé? Les autochtones. Comme j’ai dit déja, j’ai visité le tiers monde, donc je sais bien comment il regard a être colonisé, et le Québec actuel, c’est pas colonisé. Tu sais qui a colonisé la terre qui est Québec aujourd’hui? La France. Si les anglais avaient tort a coloniser le Québec (et en gardant la langue francaise, c’est pas exactement « coloniser, opprimer, écraser »), les francais avaient tort aussi. Mais ça ne fait rien parce que ces européens poussent les pissenlits aujourd’hui. Tu pense que je suis dérangé par Hitler pour ses dépeches contre « mon peuple » (je ne considere que j’ai aucun « peuple » sauf l’humanité)? Je ne suis pas dérangé parce que Hitler il est mort, c’est fini.

    Je ne reconnaitrai jamais « une nation québécoise » parce qu’elle n’existe pas. Il y a une nation humaine, c’est tous. C’est inévitable que le monde va reconnaitre ce fait un jour. Oui, je sais, tu n’es pas d’accord. Mais t’as Parizeau a ton cote, et moi, j’ai Albert Einstein et Socrates et John Lennon parmi des autres. Incroyablement, tu pense que « l’utilization du mot « we » est un peu compliqué au Québec »… comme si c’est vraiment plus difficile ou compliqué au Québec qu’au Écosse ou a la Chine ou a n’importe ou. Tu vraiment, au fond du coeur, pense que « les choses sont différents au Québec ». Enfin, et c’est drole, t’es exactement un canadien, parce que tous les canadiens sont obsédés par leur « différence », meme s’ils sont tous juste américains, et rien est différent du tout. Meh, on ne sait jamais, peut-être t’as raison, mais il ne faut pas la tête de Papineau a voir que s’il y avait un parie, on serait plus intelligent a parier sur Albert Einstein et Socrates que sur Jacques Parizeau.

    Je n’ignore pas que les anglophones ont dans le passé traité les francophones comme un deuxieme classe (meme si je crois que c’était les anglophones du Québec plutot que les anglophones a l’exterieur). Je ne peux pas comprendre ce traitement, et je ne veux jamais le comprendre. Je ne l’excuse non plus. Mais c’est le passé, et aujourd’hui est aujourd’hui. Nous devons nous débrouiller comment partager nos vies sur l’Amérique du Nord, et une fédération me semblera toujours la meilleur façon.

    Je m’excuse si je t’ai dérangé. C’est ton blog, écrites ce que tu veux, bien sûr. A mon avis, c’est inévitable que les états, les pays, les nations vont éventuellement faner, étioler, et disparaitre. Insister qu’il existe une différence entre les gens qui parle une langue et les gens qui parle une autre, une différence entre ma peau et la sienne, entre mon sang et le tien, c’est a me sidérer, parce que c’est lutter contre l’inévitable. Je ne soutien pas les séparatistes parce que j’adore Martin Luther King, et pas Malcolm X. Je suis un « ensembliste », pas un séparatiste, et je voterai dans un instant pour une fédération mondiale élu. Mon rêve est pour liberté, egalité, fraternité pour toute l’humanité. Meme si je suis plus libéral, j’ai des bons, bons amies qui sont conservateur. Je sacrifierait ma vie pour mon ami, qui aime GW Bush, parce que je l’aime comme un frere. Je suis athée – mon amie et voisine et chrétien, et je l’aime (pas comme une soeur, mais comme une amie). Les séparatistes, je ne comprend pas. C’est la vie! C’est bon avoir un avis extremement différent, apres tous. Je suis contre les écoles pour les noirs. Parce que je suis blanc? Je suis gai et suis contre les écoles pour les gais, aussi – c’est mieux a vivre ensemble, a se mélanger. Est-ce plus difficile qu’aller au école gai? BIEN SÛR, OUI! Absolument. Vive la difficulté a vivre ensemble, face a face, parce que c’est ça qui nous a fait ce que nous sommes aujourd’hui.

    Répondre
  3. Dude Where's My Vote?

    J’ajouterai que je suis completement d’accord avec toi sur le sujet que Ms Porridge t’a posé: mon probleme avec les canadiens-anglais est que nous sommes si chanceux a avoir l’occasion a participer en la Francophonie, mais ils refusent. A mon avis tout le monde aime Dépardieu et Tautou, mais quel anglophone connait Voltaire voire Papineau?, qui parmi les canadiens-anglais connait l’Afrique francophone, etc? C’est incroyable a moi que la majoritaire semble préférer la télé-réalité américain quand on a l’occasion a participer en l’anglosphere (Washington, Shakespeare, une grande partie du monde) et la Francophonie (Moliere, et une grande partie du monde), a la fois. C’est les gens unilingues qui manque le monde….

    J’ai cherché longtemps a trouver un bon blog séparatiste; peut-être je l’ai trouvé. C’est vrai que je n’aime pas le séparatisme en général, mais les individus, je peut les aimer, chacun. Je crois que je reviendrai souvent.

    Répondre
    1. Michel Patrice Auteur de l’article

      Attends un peu, attends un peu, tu écris trop vite pour que j’aie le temps de te répondre. : )

      J’avais commencé une réponse, mais, suite à ton dernier message, je vais la recommencer. Tu as l’air de meilleur humeur que l’autre jour.

      Je te réponds plus longuement ce soir ou demain soir, dès que je j’ai un peu de temps.

      Michel

      Répondre
      1. Dude Where's My Vote?

        Ne t’en fais pas, je sais que j’ai écrit trop et je ne m’attends pas que tu as le temps libre a répondre.

        Je suis satisfait avoir trouvé un blog intéressant. Je suis revenu, mais juste voir s’il y a des autre commentaires intéressants en français. Je suis content avoir l’occasion écrire un peu en français, et je te remercie pour ça.

        Tu as l’air de meilleur humeur que l’autre jour.
        Je m’excuse d’avoir un mauvaise humeur l’autre jour, c’etait juste un jour difficile, meme si je sais bien que ça n’excuse rien.

        Répondre
  4. Michel Patrice Auteur de l’article

    To Dude Where’s My Vote?,

    J’ai lu ton premier message du 5 août, celui que tu as écrit de mauvaise humeur.

    Je suis d’accord avec toi et je partage dans une large mesure ton point de vue humaniste. Et je comprends bien que tu peux reconnaitre ta famille dans Mon Oncle Antoine et que tu peux reconnaitre ton monde dans les écrits de l’américaine Anne Tyler.

    N’ai-je pas écrit que nous avons des liens avec le monde? Quand je dis que nous connaissons Depardieu, je dis qu’un film étranger a touché quelque chose chez nous. Et quand je dis que Denys Arcand gagne un Oscar, je dis que son cinéma touche des gens hors de nos frontières.

    Quand je décris tous ces liens qui nous unissent à ce merveilleux monde extérieur auquel Mme Porridge voudrait tant que nous nous ouvriions, je dis que nous participons, comme spectateur et comme créateurs, à l’expérience humaine universelle.

    Mais je crois comprendre, à la lecture de ton deuxième message du 5 août, que tu comprends ce que j’ai voulu dire.

    Ceci étant dit, je crois que ce qui te dérange le plus, c’est que je fasse des catégories, les québécois, les canadiens, etc. et, par conséquent, le séparatisme qui, selon ce que je comprends de ton point de vue, vise à séparer les gens et à rejeter les autres.

    La question est intéressante, la réponse sera peut-être un peu longue (et, comme tu me le reprochais pour l’article initial, un peu ennuyante)…

    Pourquoi des catégories? Peut-être parce que l’esprit humain envisage le monde en classant les choses en catégories. Au début de la zoologie, on a commencé par classer les animaux en catégories, en minéralogie, on a classé les roches. Regarde un livre d’astronomie, tu verras les catégories d’étoiles. Quand les informaticiens ont développé les langages informatiques modernes, ils ont créé le concept d’objet et d’instance qui sont en fait des catégories et des sous-catégories. Les catégories sont à la base du fonctionnement de l’esprit humain.

    D’ailleurs, un peu ironiquement, tu répartis aussi les gens entre catégories. Dans ton exemple où tu dis (je simplifie) :  » Un québécois athée a plus en commun avec un ontarien athée qu’avec un québécois musulman. » On comprend que tu veux dire que le québécois athée a moins en commun avec le québécois musulman. Ironiquement, tu fais deux catégories : athée et musulman. Je crois que québécois est une catégorie comme une autre aussi valable que les catégories athée ou amateur de Jules Verne…

    Tu dis aussi, très noblement, que nous sommes en fait tous des humains. Mais, humain, c’est encore une catégorie, c’est une division de l’ensemble animal. Je pourrais te demander, à la blague, pourquoi tu rejetes les autres primates? Nous avons beaucoup en commun avec eux… Encore de catégories, on peut difficilement en sortir, c’est le fonctionnement de notre esprit.

    Il y aussi autre chose. Je ne suis pas spécialiste de sociologie, mais je comprends que la sociologie nous dit que tous les groupes humains, les sociétés, se définissent par rapport à l’Autre, non seulement, le font-ils ainsi, il serait impossible de le faire autrement.

    Ainsi, les français se voient comme un groupe qui accorde une grande importance aux débats d’idées abstraites parce qu’ils voient que les américains sont plus terre-à-terre, que les scandinaves sont plus pragmatiques. Les noirs se voient comme noirs parce qu’ils constatent qu’il y en a qui sont blancs. Aucun peuple ne se définit comme étant un peuple ayant deux oreilles et deux jambes parce que tout le monde a deux oreilles et deux jambes.

    Essai de te définir en tant que personne ou en tant que groupe au peuple sans donner de caractéristiques qui te distinguent des autres, c’est difficile. Tu me dis que tu es gai? C’est une distinction par rapport aux hétérosexuels.

    Et pourquoi les humains tendent-ils à se définir ou à se voir comme groupe ou peuple, ou nation, ou je ne sais quoi encore? Sans doute parce que, selon les théorie de Maslow, le sentiment d’appartenance est un des besoins humains fondamentaux.

    Donc, notre esprit envisage le monde en catégories, nous nous définissons pour nous mêmes une ou des catégories par rapport à l’Autre et nous avons un besoin fondamental d’appartenir à des catégories humaines. Il semble bien que la nature humaine soit ainsi.

    Ceci étant dit, que je fasse des distinctions entre les gens, est-ce que ça veut dire que je rejette les autres? Non, la constatation de la réalité d’une différence et l’attitude face à cette différence sont deux choses différentes.

    Par exemple, je constate qu’il y a des différences réelles entre hommes et femmes, est-ce que ça veut dire que je rejette ou que je n’aime pas les femmes? Non, au contraire.

    J’en arrive au séparatisme que tu ne peux vraiment pas comprendre.

    Le mot séparatisme fait penser à rejet des autres, il suggère que, parce que nous sommes différents, on veut être à part. C’est un mot qui a une certaine charge négative et c’est exactement pourquoi c’est ce mot qu’utilisait le très subtil et très intellectuel Jean Chrétien pour attaquer le mouvement nationaliste québécois. Et ce mot a été complètement intégré dans la pensée et le discours canadien anglais et il détermine comment la question est perçue.

    Or, le mot indépendance serait plus approprié, il veut dire « ne pas dépendre », « être capable par soi même », « être libre ». Ça ne paraît pas déjà plus positif?

    Avec la question de l’indépendance, on quitte le domaine philosophique de la conception de l’humain. Nous arrivons aux questions terre-à-terre et très concrètes de l’administration de notre société. Il s’agit d’une vision de la conduite de l’État, l’État étant ici la structure mise en place par un groupe humain pour agir collectivement. Il ne s’agit plus ici de savoir si tous les hommes sont frères, mais de savoir, entre autres, où et comment on va construire une route.

    Tu me dis que tu voterais demain pour une fédération mondiale élue. Je ne veux pas faire une longue et inutile démonstration de pourquoi une telle fédération serait une monstruosité d’inefficacité. Je dirai simplement que tu sais bien, comme moi, que c’est une utopie qui n’est pas à la veille d’arriver. Alors, en attendant, qu’est-ce qu’on fait avec la gestion des infrastructures?

    Plutôt qu’un état central unitaire, tu sembles préférer une fédération où le pouvoir est plus décentralisé. En fait, on est juste en désaccord sur le degré de décentralisation.

    Je pense simplement que les québécois, en tant que groupe humain partageant, pas unanimement, mais pas mal majoritairement, une même vision des choses pourraient bien s’administrer aux mêmes, ce qui ne nous empêcherait pas d’entretenir des liens de bon voisinage avec nos voisins.

    J’en reviens à des considérations plus philosophiques, on ‘y échappe pas. Être indépendant, être capable par soi-même, agir soi-même sur son environnement plutôt que subir, ces sont aussi des aspirations humaines fondamentales. L’enfant qui grandit aspire à l’indépendance. Exercer un travail absurde dont on ne voit pas la finalité et où on ne participe à aucune décision conduit à un mal qui s’appelle aliénation. Nous avons besoin d’exercer notre volonté d’agir par nous-mêmes, c’est une autre aspiration humaine fondamentale.

    Les québécois se voient majoritairement comme québécois, c’est la catégorie géopolitique à laquelle ils ont le plus fort sentiment d’appartenance. Pourquoi sont-ils devenus un peuple? C’est une autre longue discussion. Acceptons juste pour les fins de la discussion qu’il en soit ainsi.

    À propos des états qui vont éventuellement disparaitre, permets-moi une longue citation et une devinette :

     » […] La mondialisation, justement, modifie la façon de voir la souveraineté des nations. Lorsqu’on s’est rendu compte que l’individu pouvait avoir accès à l’univers et que rien ne pouvait l’empêcher de communiquer avec ces semblables [,,,], on a cru pendant quelques temps que la mondialisation [,,,] réduirait de facon draconienne le rôle de l’État. [,,,]. Et, pourtant, aussi séduisante pour l’esprit que soit cette thèse, ce n’est pas comme cela que ça s’est passé. On a rapidement constaté que la mondialisation ne présentait pas que des avantages pour l’individu assis devant son ordinateur et parlant au monde. Lorsque les barrières commerciales avec l’Asie sont tombées et qu’en Occident, des industries entières sont disparues [,,,], on a compri que le monde changeait et même très vite. »

    « Certains en ont conclu qu’il fallait lutter contre la mondialisation. Mais être contre la mondialisation, c’est comme être contre la marée, ce n’est pas ce qui va l’empêcher de monter. On ne peut pas être contre mais on peut tenter d’en aménager les effets. Encore faut-il que quelqu’un soit responsable de construire ces digues et ces quais. De la même façon, il faut que quelqu’un organise l’éducation, la formation professionnelle, la recherche, l’innovation, la protection des plus fragiles, empêche les abus, réglemente les entreprises. Il n’y a que l’État pour faire cela. À travers l’histoire, on n’a jamais trouvé autre chose pour protéger le citoye. [,,,] Entre l’individu devant son ordinateur et un monde vaste, immense, souvent excitant, parfois menaçant, il n’y a que l’État sur lequel le premier peut s’appuyer au besoin. »

    Devine qui a écrit ça. Un indice : ce n’est pas Socrate, ni John Lennon.

    Donc, paradoxalement, la mondialisation renforce le rôle des États. Et dans ce monde mondialisé, de plus en plus de débats démocratiques ont lieu dans des forums internationaux où nous sommes représentés par nos États respectifs, et les québécois, désireux de participer au monde, voudraient parler de leur propre voix dans ces forums. D’où la citation de Parizeau : « La souveraineté telle que nous la concevons est le contraire du repli sur soi »

    Voilà, c’est un très long commentaire, tu comprends peut-être mieux mon point de vue, tu vois possiblement, du moins je l’espère, que je ne suis pas un gros méchant ségrégationniste.

    Michel

    ( P.S. Juste un dernier commentaire. Ça t’a dégouté que je dise « nous sommes un peuple colonisé ». Disons plutôt que nous sommes un peuple qui a été colonisé. Et notre histoire, comme l’histoire de tous les peuples, explique beaucoup de choses du présent. Mais c’est une autre discussion…)

    Répondre
  5. John Krug

    Michel, You have missed the real point made by Porridge, namely, that the Quebec Government has acted in a fascistic manner by repealing English as an official language of Quebec, constructed an elaborate and often extremely petty set of rules with respect to language that resemble what might have been expected in South Africa when it was an Apartheid state and condemned French Quebecers to, in most instances, very limited employment opportunities unless they become fluent in English on their own.
    The comment about the lack of English in the Quebec civil service is also factually correct.

    Répondre
    1. Michel Patrice Auteur de l’article

      M. Krug,

      Ms Porridge outlined her problem with our language policies more than enough in other comments.

      Your reference to South Africa is funny. Tell me as soon as you hear of an anglo being fried on a BBQ.

      In regard of language policies, the goals and interests of the franco majority and of the anglo minority are opposite and mutualy exclusive. So, the majority democraticaly (despite whatever you may think) decided in the interest of the majority. The issue is an interesting instance of a clash between individual and collective rights. Anglos seem to have problems adjusting to the role of a minority.

      If french quebecers are « condemned to, in most instances, very limited employment opportunities unless they become fluent in English on their own », imagine how well we would do without this most debilitating handicap. We already have per capita revenu higher than Newfoundland, PEI, Nova Scotia, New-Brunswick and Manitoba (figures from 2009) (See http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/revenu_personnel/rp_can-hab.htm). We are only 3000$ behind Ontario. We are behind Alberta which, I believe, has more to do with oil than having the salutary gift of speaking english.

      About the lack of englsih in Québec civil service, you are right. I have some ideas about this but too little time now.

      Thank you for your comments.

      Michel

      Répondre
  6. John Krug

    Michel,

    1. My reference to South Africa was an analogy between the race laws enacted during Apartheid and the language laws of Quebec. Surely you could not reasonably infer that I was referring to acts of violence (although there have indeed been murders and other acts of violence with anglophone and francophone victims by advocates of Quebec independence). I assume that you have read the regulations enacted under Bill 101 and its predecessor legislation which can only serve to debase and humiliate a human being based on language. Their pettiness and absurdity would be evident to any objective reader.

    2. With respect to collective rights, it is facile to invoke that concept to explain the removal of language and educational rights by claiming that a majority democratically decided to do so. Your logic would also mean that a majority could decide « democratically » to require all non-francophones to identify themselves by wearing an arm band with an A on it.

    3. Anglophones have been a minority for a long time in Quebec. Quebec has had a majority of francophones in its legislature and has nothing to complain about. It is francophones who have been unable to adjust to being a majority. Their idea of adjustment was to engage in linguistic cleansing which caused hundreds of thousands of anglophones and many francophones to leave Quebec and its interminable language problems and thereby deprive Quebec of a much larger tax base and the benefits of having more physicians, scientists and others highly skilled persons. Being a minority does not mean that the majority should devote its time to treating the minority unfairly.

    4. In the case of limited employment opportunities, the statistics you have cited are meaningless and irrelevant. You have perhaps heard the saying that « there are lies, there are damn lies and then there are statistics ». One does not need statistics to know that if a Quebecer is fluent in both French and English he or she will likely have greater economic opportunities available than a person who is unilingual, including, among other things, the opportunity to migrate to some place where he or she can realize his or her potential more fully. I challenge you to show me a Quebec parent who does not want the best for their child and who would be opposed to their child being entitled to schooling that would result in them being fully bilingual.

    Répondre
    1. Michel Patrice Auteur de l’article

      This could be an interesting discussion. I honestly think so and don’t say this out of defiance.

      1. You did not pick just any instance of linguistic law. You took Apartheid and you took Apartheid because it is highly negatively charged and it is highly negatively charged because of the violence of the Apartheid regime. You could have taken the forbidding of french education by the ontarian government in 1912, you prefered Apartheid to associate Québec with a disgusting regime.

      2. As I said and as your comment outlines, it is an interesting issue of a conflict between individual and collective rights. It is also easy to invoke the concept of individual rights. In fact, it is not a question of collective and/or individual rights ; as grown ups, perhaps we can face the fact that it is a matter of two socio-economical groups struggling for preponderance.

      3. True, anglophone have been a minority for a long time, but they also dominated the economy and they had a great political influence. Francophones had nothing to complain about? I think they had. I recently read a very interesting book from american Mark Levine, The Reconquest of Montreal, unfortunately I haven’t received yet the copy that I have ordered, there is an interesting part about the anglo french dynamic at the time. I’ll come back later to it if we have some more time and if you are still interested.

      There is also an interesting part about the exodus of anglos because of our linguitic policies. In the mythology of anglos, scores of persecuted anglos have left Québec, depriving our economy of precious ressources, and our linguitic laws and separatism are supposed to be THE main cause of the exodus. The Reconquest of Montreal puts things back in perspective. Since I don’t have to book yet, may I suggest that meanwhile you read a quote from american urbanist Jane Jacobs explaining why Toronto outgrew Montreal? Follow this link : https://michelpatrice.wordpress.com/2011/03/20/what-would-we-do-without-equalization-payment/#comment-147

      4. I did not invest much time in researching statistics for my first reply, I just meant that we make a decent living living in french and your belief that there is no future without english is naive, perhaps ethnocentric. You do not seem fond of statistics, nevertheless I suggest that you to take a look at this study from Association for Canadians Studies Jack Jebwab : http://www.acs-aec.ca/pdf/polls/12729020249506.doc Skip the opinion survey and go to the last two tables. (Jack Jedwab is not known to be a separatist.)

      You challenge me to show Québec parents who don’t want their kids to learn english. You misunderstand this paradoxal situation. I want my daughters to learn english as most parents do, yet I support bill 101 as most quebecers do. It is difficult to understand for non-francos.

      In fact, despite what is said, we don’t forbid learning english, in fact, we do learn english. Could french schools better teach english? Of course they could, but this is another discussion. Historic english community members have the right to go to english (or french) school. Francos have to go to french school. Ironicaly, the discrimination is against francos, ironicaly again, most of them don’t care because they want to go french school anyway and support for bill 101 is very high among the population. The situation has more than its share of paradoxes.

      There is the situation of immigrants, according to bill 101, they have to go to french school. But isn’t it normal to learn to national language of the society you want to live in? In most countries, yes, but we are not a normal country.

      Tell me about you. How old are you? Do you live in Québec or elsewhere?

      Michel

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s